Vous êtes ici : AccueilL'actu du réseau[Fiche pratique] Bien acheter son équipement

[Fiche pratique] Bien acheter son équipement  [<]

Le début d'année est une période propice pour acquérir son premier équipement ou pour renouveler son matériel vieillissant : les bons cadeaux de Noël, les étrennes , les soldes d'hiver ou l'approche des salons 2RM.

Cependant, nous le rappelons régulièrement : tous les équipements ne se valent pas !

Optez pour un équipement normé.
Le bon réflexe lorsqu'on se rend chez un équipementier est de rechercher des produits comportant le logo "EPI Moto" (photo 2).
En effet, ce dessin signifie que le produit dont il est estempillé répond à plusieurs critères permettant d'assurer une meilleure sécurité pour le porteur en cas de chute. Précisons que l'article muni de ce logo sera obligatoirement accompagné d'une notice d'utilisation.
L'avantage d'un tel étiquetage pour le consommateur est de distinguer les articles de confort de ceux de protection. Cela permet également de ne pas se tromper (voire d'être trompé) sur la destination de l'article. On peut voir dans les concessions des produits n'ayant de lien avec la moto que le logo cousu d'une marque connue, mais présentant insuffisamment de protections efficaces comme elle pourrait le laisser croire de prime abord (photo 5).
Cette norme peut être accompagnée d'un niveau (1 ou 2) de performance : la première catégorie correspondant à un usage classique (route) ; la deuxième concernant un usage plus sportif.
Dernière précision : la présence de la norme CE uniquement ne garantit pas d'un niveau de protection individuelle. Il s'agit simplement d'une norme autorisant la vente du produit sur le territoire européen dans une utilisation classique (et non de protection).

Pour retrouver en détails les différentes normes EPI, je vous invite à consulter la brochure Je m'équipe.

Le casque
Le casque ne répond pas aux mêmes normes que les EPI vestimentaires. Par conséquent, il ne disposera pas du même logo : la norme CE suffira. On la trouvera en principe à l'intérieur du casque.
La réglementation française impose en plus la présence de quatre dispositifs rétro-réfléchissants disposés un à l'avant, un à l'arrière et un de chaque coté. Aucune forme ni taille n'est imposée. Ils peuvent même être de couleur noire. La seule condition est d'être en mesure de pouvoir refléter la lumière.
L'homologation des casques est testée avec un choc à 26km/h contre un objet fixe et est identique aussi bien pour les casques d'entrée de gamme à moins de 50€ que pour ceux type 'racing' à plus de 700€. La différence de prix résidera dans les matériaux employés, le poids, le confort, les accessoires aérodynamiques, le design etc...
Un indice pour reconnaitre les casques d'une qualité certaine : la présence d'une attache "double D" (photo 3). Soyez également vigilant en ce qui concerne certains accessoires intégrés : prenons l'exemple des visières solaires intégrées à l'intérieur du casque (photo 4). On peut légitimement se demander si l'espace ainsi réduit pour le calotin (matière absorbant le choc), ne réduit pas la protection optimale au niveau du front...
En ce qui concerne les casques modulables, ils ne peuvent être utilisés en circulation en position ouverte qu'à la condition d'avoir les lettres P/J sur l'étiquette d'homologation (photo 6).

Publié le 10/03/2015